Ngrepelisse

Accueil > Environnement > La chaufferie-bois et son réseau chaleur

La chaufferie-bois de Nègrepelisse

Le réseau de chaleur de Nègrepelisse d‘une puissance utile de 2 600 kw mesure 2,5 km de long et dessert près de 15 bâtiments (représentants plus de 20 000 m²).  Au total, le projet permet de diviser par 5 les émissions de gaz à effet de serre. Ce réseau de chaleur est totalement intégré dans une dynamique territoriale.
Ce projet qui a bénéficié du soutien du FEDER (fonds Européens) de l’ADEME, du Conseil Régional et du Conseil Général de Tarn-et-Garonne a nécessité plusieurs mois de travaux. Son coût : 1 694 863 € pour 14 000 heures de travail.
La nouvelle chaufferie bois fonctionne très bien. Afin de rentabiliser son utilisation, elle sera en fonctionnement du 1er octobre au 15 mai de chaque année. Inutile de la faire «tourner», en période de chaleur ! Elle utilise les ressources locales en bois et affiche des normes de haute qualité environnementale. Face aux difficultés croissantes concernant l’approvisionnement en énergie, de manière à limiter le réchauffement climatique et à lutter contre la précarité énergétique, la commune de Nègrepelisse a donc opté pour cette solution environnementale et économique.
Un réseau de chaleur intégré dans une dynamique territoriale
Depuis 2009 le Pays Midi Quercy met en place une politique ambitieuse sur l’amélioration énergétique et la lutte contre les changements climatiques. Il s’agit du plan Climat Energie
Le bois énergie représente 9% de l’énergie consommée sur le territoire.
Pour la ville de Nègrepelisse, cette réalisation, s’inscrit dans la continuité d’un projet global,  d’utilisation des énergies propres et renouvelables.
Elle vient compléter nos installations de panneaux solaires et photovoltaïques et permet en outre, la suppression de 15 points de chauffe (correspondant aux différents sites raccordés) qui utilisaient jusque là des énergies fossiles. Choisir le bois comme combustible, c’est la garantie d’une meilleure exploitation des forêts locales et donc une plus forte valorisation de leur patrimoine forestier mais aussi, assurer l’autonomie énergétique et développer une activité économique locale.
Une visite de la chaufferie bois lors de la semaine du développement durable en mai 2012 est envisagée.

Les visites

 

Des visites de la chaufferie-bois sont possibles durant la semaine du développement durable qui se déroule chaque année la 1ère semaine d'avril. Lors de ces visites, M. Ricard, conseiller municipal en charge du projet vous guidera et vous expliquera le fonctionnement de cette chaufferie.

Le bilan après une année de fonctionnement

En octobre 2011, la chaufferie-bois de Nègrepelisse connaissait son 1er hiver en alimentant 94 appartements à loyers modérés, l’hôpital et deux maisons de retraites, les écoles, le Centre Médico-Social (CMS) et la Communauté de Communes. Elle utilise les ressources locales en bois et affiche des normes de hautes qualités environnementales. Après une année de fonctionnement, la chaufferie-bois de Nègrepelisse a fait ses preuves et elle est prête pour reprendre du service dès le week-end du 13 octobre 2012. Les économies pour les abonnés ont été de l’ordre de 20 % comparativement aux factures des années précédentes.
Le bilan technique est satisfaisant : la chaudière bois a très largement couvert les besoins de chaleur du réseau (taux de couverture de 82 %). La mise en œuvre de la plate-forme de séchage du bois à la déchèterie améliorera le rendement pour 2012/13.
La chaufferie a consommé 1 525 tonnes de bois, dont un peu plus de 10% ont été fournies par les agriculteurs des coteaux de Monclar (VALBOIS82), et 90 % par la scierie Delrieu de Castelsarrasin. Egalement, près de 35 000 litres de fioul ont été consommés, notamment pour assurer les essais hydrauliques du réseau au mois d’octobre et pour fournir le surplus d’énergie lors des grands froids au mois de février.
Le bilan environnemental s’avère également positif. En effet, les 1 525 tonnes de bois brûlées au cours de la dernière saison ont contribué à l’émission de 73 Tonnes de CO2. La chaufferie a consommé 34 718 litres de fioul et 212 MWh d’électricité qui ont contribué respectivement à l’émission de 112 et 45 Tonnes de CO2. Au cours de la saison 2011 / 2012, la substitution d’énergie pour l’ensemble des bâtiments raccordés est la suivante :
- 19 Tonnes de Gaz Propane Liquéfié (GPL), soit l’émission de 65 Tonnes de CO2  évitées ;
- 231 000 litres de fioul domestique, soit l’émission de 761 Tonnes de CO2  évitées ;
- 604 MWh d’électricité, soit l’émission de 127 Tonnes de CO2  évitées ;
Le réseau de chaleur a donc induit l’émission de 230 Tonnes de CO2, et a permis d’éviter l’émission de 953 Tonnes de CO2 en se substituant aux énergies consommées auparavant par les abonnés. Le bilan global des émissions de Carbone du réseau au cours de la saison 2011/2012 est donc largement positif, puisque le réseau de chaleur a permis d’éviter l’émission de 722 Tonnes de CO2.

Consulter le livret du bilan de fonctionnement de la chaufferie-bois

Les bâtiments desservis

  • Les écoles, publique et privée,
  • la maison de retraite communale Eugène Aujaleu,
  • la Médiathèque intercommunale,
  • le Centre-Médico-Social,
  • l’hôpital local,
  • la salle Turenne,
  • la Maison de Retraite Spécialisée
  • les logements HLM de la gare et des Marchats,
  • les bâtiments de la Communauté de Commune

SON OBJECTIF

La construction du réseau bois-chaleur de Nègrepelisse est un atout environnemental, un levier de développement économique local et un avantage pour l’aménagement du territoire. Il participe à réduire par 5 les émissions de CO2, mais également à réduire nettement les particules de fioul émises par les chaudières traditionnelles. Pour conforter ses actions en matière de cadre de vie, la commune a donc choisi une solution «énergie renouvelable».
Les 20 bâtiments desservis par le réseau de chaleur sont chauffés par une chaufferie centrale comprenant une chaudière bois couvrant près de 80% des besoins et une chaudière fuel en appoint.

Elle est approvisionnée par une plate-forme située à la déchetterie Les Douats. Elle brûle du bois issu des scieries et des forêts locales
Sa puissance utile est de 2 600 kw. Elle  mesure 2,5 km de long
La fumée blanche sortant de la cheminée est de la vapeur d’eau qui ne pollue pas et qui n’est pas toxique.
Émissions évitées grâce à la chaufferie :
192 tonnes équivalent Carbone par an ; 3 840 tonnes équivalent Carbone sur 20 ans
Financement : l’ADEME à hauteur de 4,8 %, au Conseil Régional de Midi-Pyrénées à hauteur de 24,2 %, au Conseil Général de Tarn-et-Garonne à hauteur de 30 %, au FEDER (Europe) à hauteur de 16%. La part de l’autofinancement s’élève à 25 %. Le montant des travaux est de 1 844 479.96 €.

La chaufferie-bois est composée de trois volumes distincts :
► le silo et la fosse,
► la chaufferie,
► la cheminée.
Elle est bordée par deux murs en béton banché qui délimitent, en partie haute, l’aire d’accès et la livraison du bois.
En partie basse, on retrouve l’aire d’accès à la chaufferie et la benne à cendre.
La cheminée, construite en acier Corten se présente sous la forme d’un cylindre de 12m de hauteur pour 1.40m de diamètre.
Suivant les températures, il y a une à deux livraisons de combustibles par semaine. Les plaquettes sont achetées soit à l’entreprise Delrieu, soit à la CUMA.

LE COMBUSTIBLE
Choisir le bois comme combustible, c’est la garantie d’une meilleure exploitation des forêts et donc une valorisation de son patrimoine forestier.
La plaquette bois est constituée de «morceaux » de bois d’une granulométrie moyenne de 4 cm de longueur, 2 cm de largeur et 1 cm d’épaisseur provenant de différentes origines : bois forestiers et bocagers, chutes de scieries et de menuiseries, élagages,  rebuts non traités (palettes, cagettes, …).
Pour un bois idéal à bruler, il faut qu’il atteigne 30 à 40 % de taux d’humidité (actuellement, il est à 50%). Les bennes de cendres se vident une fois tous les 2 mois. Actuellement, on est a deux fois par semaine jeté à la déchetterie.

Le Pays Midi-Quercy (plan climat Energie) correspond à la zone la plus boisée du département du Tarn-et-Garonne, avec un taux de boisement de 23%, composé principalement de taillis de feuillus (chêne pubescent).

À la différence des énergies fossiles (charbon, fioul et gaz) et fissiles (nucléaire), l’énergie contenue dans le bois est renouvelable : elle existera tant qu’il y aura des hommes pour exploiter les forêts et les haies dans le cadre d’une gestion durable.
Santé et pluies acides
La combustion du bois émet beaucoup moins de gaz toxiques type dioxyde de soufre SO2 et dioxyde d’azote NO2 que la combustion des énergies fossiles (gaz et fioul). Ces gaz étant responsables des fameuses pluies acides, la création d’une chaufferie au bois permet de lutter contre ce fléau mondi