Ngrepelisse

Accueil > Tourisme > Patrimoine historique > L'ancienne voie de chemin de fer

L'ancienne voie de chemin de fer

Pendant presque cent ans, entre le 30 août 1858 et 1955, une voie de chemin de fer était le seul moyen de transport moderne pour les voyageurs et les marchandises. Cette ligne reliant Montauban-Villenouvelle à Lexos, faisait partie d’un vaste projet issu de la « railway mania » : le projet du Grand Central.

La décision de faire passer le tronçon du Lot par Nègrepelisse est due aux intérêts du groupe Aubin, propriétaire de concessions minières et des forges de Caussanus à Bruniquel. L’ouverture des travaux s’est traduite par un afflux de population qui cherchait un emploi. Près de 2000 ouvriers travaillèrent à sa réalisation. Le paysage s’est alors transformé. Une ceinture de bâtisses autour des cités fut construite pour les ouvriers. En 1855, 120 terrassiers furent mis à contribution afin de dévier le ruisseau de Longues-Aygues, derrière l’actuel immeuble H.L.M de la gare.

L’ouverture de la voie a engendré l’exploitation de carrières, les activités extractives, les productions primaires à faible valeur ajoutée, l’émergence de la spécialité fourragère et la multiplication des carrières de pierre de chaux et de phosphate.

Le tracé de la voie ferrée est le même que celui de la départementale 115. Le paysage de la plaine est profondément marqué par les traces de cette ancienne ligne. Actuellement, ces traces fossiles modifiées ont été réinsérées dans l’espace pour servir notamment d’habitation. Chaque carrefour dispose de maisonnettes identiques, transformées parfois, modernisées, qui furent le logement des gardes-barrière. Elles furent construites en pierres de taille en briquettes de terre cuite en argile.

L’agglomération possède un édifice plus important, une ancienne gare où le nom de la localité reste encore gravé dans la pierre. Elle demeure investie d’une mémoire collective et elle alimente la nostalgie de tous ceux qui empruntaient la micheline pour se rendre à Montauban. Le jour où le train était le plus animé, était le samedi, jour de marché de Montauban où les habitants des campagnes étaient chargés de lapins, poulets et canards apportant une touche pittoresque à ce mode de transport.

Extrait du registre des délibérations du Conseil Municipal, séance du 21 août 1921

"Le Conseil Municipal, considérant que la ligne de chemins de fer de Montauban à Lexos n'est desservie que par deux trains de voyageurs par jour dans chaque direction, considérant qu'un train de marchandises circule journellement sur cette ligne et qu'il pourrait sans inconvénient transporter des voyageurs, Emet le voeu qu'un wagon de voyageurs de 3ème classe soit attelé à tous les trains de marchandises circulant sur cette ligne".