Aller au contenu principal

Histoire de la ville

Il était une fois Nègrepelisse…

Charmante bastide de l’est du Tarn-et-Garonne, Nègrepelisse est née sur la rive gauche de la rivière, au confluent de l’Aveyron et du ruisseau de Longues-Aygues, et à l’ombre du château qui la protégeait. Etablie sur une butte, Nègrepelisse n’est pas le nom d’origine de la ville. Sieurac, puis La Mothe St Pierre dit Nègrepelisse, elle doit son appellation, dit-on, à la forêt tulmonenque. Les bûcherons fabriquant le charbon de bois étaient vêtus d’une pelisse noircie par la poussière. L’ancienne domination seigneuriale a investi la cité d’une longue histoire tumultueuse.

L’origine du nom

La butte sur laquelle est bâtie la ville est habitée depuis environ deux mille ans. Les romains auraient occupé le promontoire qui domine l’Aveyron. Elle fut nommée SIEURAC.
Bien plus tard, aux environs de l’an 1000, ce lieu qui avait pris le nom de Sieurac ou Siurag et qui faisait partie du Tulmonenc, appartenait aux vicomtes de Bruniquel, puis cédé à la puissante abbaye clusienne de Moissac. Anquetil, moine de Moissac y fit construire une nouvelle église dédiée à St-Pierre-Es-Liens qu’il remplaça ou qu’il unit à la précédente. En cette occasion, Sieurac changea de nom et devint la ville de la Mothe St-Pierre, nom qui plus tard évoluera en la Mothe St-Pierre dit Nègrepelisse.
Le nom de Nègrepelisse en latin Nègropelissia ou Nègrapelissa en longue romane, d’après les anciens documents, figure pour la première fois le 17 Avril 1270. « La Mothe St-Pierre était environnée de vastes forêts dans lesquelles les bûcherons, vêtus d’une pelisse noire, fabriquaient du charbon de bois qu’ils allaient vendre dans les villes voisines. Après des journées de travail, leur visage avait pris la couleur du charbon. »

La création de la bastide

Avant la création de la bastide, Nègrepelisse n’était qu’un modeste village, née à l’ombre du château, sur les bords même de l’Aveyron et appelé à cause de l’héritage marécageux des lieux, St Pierre des Grenouilles.
A l’instigation des rois de France de nombreuses bastides furent créées. Nègrepelisse fait partie des 35 bastides royales du Tarn-et-Garonne. Elle a été fondée en 1273 par les rois, sous la famille seigneuriale de Bruniquel, pour asseoir l’emprise du pouvoir royal. 
La structure urbaine de Nègrepelisse est représentée par un quadrillage de rues et une place centrale entourée d’arcades destinées au marché.
Cet ancien pays de bois, dont les habitants vivaient de la complémentarité des ressources naturelles entre espace forestier et agricole a été conditionné par la présence de l’eau.
C’est à la suite des défrichements réalisés à la fin du XIIIème siècle de la forêt de Tulmont, que Nègrepelisse connut une extension en largeur et en longueur attirant la population. Le rôle de la bastide de Nègrepelisse fut économique avec des préoccupations politiques et militaires. Elle reçut des coutumes en février 1286 où elle apparaît comme bastide dans le Saisimentum.
Le trait caractéristique des habitats est l’ornement des encadrements en briquettes rouge. L’usage des matériaux est fait selon les ressources du milieu. Ce rappel esthétique des cités tolosanes se retrouve pratiquement sur toutes les façades des artères principales.

Les différentes successions

La seigneurie de Nègrepelisse était partagée à sa création entre le roi de France, successeur des Comtes de Toulouse et les vicomtes de Bruniquel. Plus tard, elle passa du domaine royal à la famille de Carmaing qui en fit l’acquisition. Les Carmaing, venus de Caraman en Lauragais et alliés du pape Jean XXII, étaient de grands seigneurs. Ils avaient le goût du beau et même du faste. Ce sont eux qui au XVème siècle firent reconstruire l’église après avoir transformé le château.
Par une suite de successions, Nègrepelisse, érigé en comté, devint la propriété d’Henri de Bouillon, maréchal de France, l’un des plus vaillants compagnons d’armes d’Henri IV. Et c’est ainsi que son fils, prénommé également Henri, plus connu sous le nom de Turenne, héritier des vastes domaines de sa maison, fut en 1553, Comte de Nègrepelisse.